Burn out maternel : Comment je m’en suis sortie

Burn out maternel : Comment je m’en suis sortie

Le terme burn out maternel nous intéresse que lorsqu’on y est confronté.

Avant d’avoir son premier enfant, on se dit « moi si j’ai un enfant et que je ne travaille pas ce n’est pas pour payer une nourrice ou une crèche « ou bien « c’est bon un enfant à s’occuper c’est pas la mort ! ».

Mais ça c’était avant !

Les premiers mois, tu veux garder petit ange à tes cotés. Il a besoin de toi, ne fait pas ses nuits et n’a pas encore son rythme. C’est normal, tu veux le voir évoluer et s’épanouir et SURTOUT ne rien manquer de son développement.

Les mois passent….

Ta fatigue grandit de jour en jour. Le ménage est fait de façon épisodique. Le linge sale s’entasse. Mais surtout, tu te retrouves dans une routine et une organisation où TOI en tant que femme, tu n’as plus ta place. C’est là que commence à apparaître l’épuisement maternel.

Arrivée à cette période, il y a deux cas :

  • Soit tu es une survivor et tu continues en te disant quand il ira à l’école ça ira mieux.
  • Soit tu commences à péter les plombs ! Et là, ta relation avec ton bébé risque de se compliquer.

Mon expérience

1er effet Kiss Cool !

Je vais, ici, te faire un résumé de mon pétage de plomb, comment il est arrivé et pourquoi.

Je vais parler du cas avec mon 2ème enfant.

Ma grossesse fut très fatigante. Ce qui est souvent le cas, lorsqu’on a déjà un premier enfant.

L’accouchement déclenché est très fatigant aussi….comme presque tous les accouchements.

Bref, petit bonhomme arrive et dès la première nuit, je suis lessivée !

Dès la maternité, les nuits sont compliquées. Il fait des coliques et à besoin de la lumière pour dormir. De retour à la maison, il est paumé et ne dort que 3h les premières nuits.

Les mois passent, et bébé se réveille entre 4 et 7 fois par nuit….

Je te laisse imaginer mon état !

2ème effet Kiss Cool !

Bébé grandit et se développe comme il faut. Il sait se retourner, puis s’assoit, puis fait du 4 pattes et enfin marche !!!!

Et la ma vie bascule….sachant que bébé se réveille toujours 4 à 5 fois par nuit. Il a 14 mois.

Bébé souhaite découvrir son environnement et c’est bien normal. Du coup, il fait toutes les bêtises possibles et imaginables. De la bêtise simple à la bêtise le mettant en danger.

En plus de la fatigue, j’accumule des coups de stress, de peur et d’énervement.

Et pourtant depuis sa naissance, tous les jours je fais une sieste en même temps que lui.

Mais le problème est là ! Je dors quand il dort du coup je n’ai aucun moment de répit. Il faut être aux aguets constamment. Je ne peux pas lui tourner le dos une minute. C’est un vrai casse coup doublé d’une tête brûlée !

Les symptômes du burn out maternel sont les mêmes pour toutes mais nos réactions sont toutes différents.

Clairement, je pète un plomb car je suis seule la semaine, le papa étant en déplacement et ne rentrant que le week-end.

J’ai de très mauvaises pensées. Je commence à détester ce petit bonhomme d’amour, à regretter son arrivée. En plus, il perturbe le sommeil de son grand frère. Franchement, j’ai pensé à des choses qu’une maman ne devrait jamais penser !

Mes sauveurs

Ma nourrice

Je lui confie mon fils 2 jours par semaine. Au départ, j’en profitais pour faire le ménage en retard, les lessives….bref tout ce que bébé m’empêchait de faire ou me laisser faire en mode tortue.

Mais rapidement, je me suis rendue compte que ne pas avoir bébé c’est cool ça me fait du bien mais si c’est pour passer mes 2 jours de liberté à faire des choses qui me gonflent et bien le bonus sur mon mental était de 0 !

Ma sage femme

Le fait d’être sans bébé ne suffisait pas pour me détendre.

Du coup, j’ai contacté ma sage femme qui m’a donné les premiers conseils. Il faut que je m’aère la tête, que je fasse des choses rien que pour moi qui n’ont rien à voir avec la vie de famille.

Ok alors je me suis mise au jogging….

Quelle libération !!!! Je pouvais me vider la tête en me concentrant sur ma course à la campagne. Quelle sensation de bonheur en rentrant après juste 30 minutes de course. Derrière ça j’enchaînais avec 1h de ménage et c’était bon.

Cela a fonctionné juste le temps du 4 pattes. À l’arrivée de la marche, ça ne me suffisait plus.

La psychologue

Je suis allée la voir pour savoir si mon fils avait un problème de sommeil.

=> eh bien ! non pas de trouble du sommeil.

Mais également pour un problème d’autorité parental (car je n’obtenais rien de lui)

=> c’est toujours pas ça.

Le C.A.M.S.P (Centre D’action Médico-sociale Précoce)

Sur conseil de ma sage femme, j’ai pris rdv avec ce centre.

Et là, j’ai appris plein de choses sur mon fils. À part le fait qu’il faisait une sieste de trop dans la journée (ce qui à bien changé mes nuits de le savoir), j’ai compris que mon fils reflétait mon état d’esprit et plus j’étais mal plus il serait infernal. C’est assez difficile à expliquer.

De plus, c’est un hypersensible, donc il ressent toutes les émotions autour de lui.

Donc il fallait absolument que je trouve une solution pour me sauver et de ce fait NOUS sauver.

La pédagogie Montessori

Mon fils n’est pas un enfant qui aime jouer avec les jouets classique avec sons et lumières. Lui veut explorer, étudier, comprendre comment ça marche. Pour tout et sur tout !

Cette pédagogie Montessori m’a permis de lui trouver des activités à faire à la maison pour satisfaire sa curiosité.

J’ai vidé sa chambre de tout les jouets « bateaux » et lui ai installé des jeux d’imitation, de « casse tête » et de manipulation.

Il participe à toutes les étapes de la vie de la maison. Mettre la table, la débarrasser, aller se laver les mains tout seul, mettre dans le sèche linge pendant que je pends ce qui n’y va pas, passer l’aspirateur par exemple…bref il participe à tout.

Et surtout, je lui consacre du temps aux heures où LUI en à besoin et non quand j’ai le temps. Bien sur, il faut s’organiser pour ça car parfois ça ne tombe pas au bon moment.

Voici le livre qui m’a permis d’y voir plus clair :

ps : ceci est un lien d’affiliation

Le miracle

Après toutes ces étapes, nous avons enfin trouvé notre équilibre.

Bébé dort (à 17 mois il était temps), je suis plus zen….et ça roule.

Bon il y a quand même quelques Grrrr de temps en temps mais rien de comparable.

Il fallait juste qu’on se synchronise.

Conclusion

Il faut que tu prennes du temps pour toi, autant que tu en as besoin. Peu importe les regards ou les remarques. Chaque maman et chaque bébé sont différents.

On ne peut pas savoir à l’avance de comment va se mettre en place la relation maman bébé. Parfois c’est instantané et d’autre fois c’est compliqué.

Mais sache que tu n’es jamais seule. Donc ose demander de l’aide ! 

Le burn out maternel n’est pas une fatalité !

Tu penses avoir besoin de discuter à ce sujet ou trouver des solutions car tu trouves que tu as trop de stress ? Sache que j’ai mis en place une séance découverte d’1h gratuite pour discuter et analyser ensemble de ta situation.

séance découverte maman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Copyright © 2019 Maman Au Foyer
HTML Snippets Powered By : XYZScripts.com